Il est 4h45 du matin, la sonnerie de mon réveil vient de retentir. Même s’il est très difficile de sortir de son lit bien chaud, il faut que je me lève car je sais qu’une belle matinée photo m’attend… Et ce scénario se répète inlassablement depuis quelques années.l est 4h45 du matin, la sonnerie de mon réveil vient de retentir. Même s’il est très difficile de sortir de son lit bien chaud, il faut que je me lève car je sais qu’une belle matinée photo m’attend… Et ce scénario se répète inlassablement depuis quelques années.

En effet, aussi longtemps que je me souvienne, je nourris une passion pour ce grand théâtre vivant qu’est la nature. Je consacre donc l’essentiel de mes loisirs à la pratique de la photo naturaliste et, plus particulièrement, à la photo d’oiseaux photo du photographe prise à Pierre Jean Durieu 900x600.

Entre le lac de Grand Lieu,le Marais Breton, les Basses Vallées Angevines, la côte Atlantique ou encore les petites boires situées le long de la Loire, je parcours ces différents milieux pour mettre en image de magnifiques scènes animalières et autres ambiances étranges et féeriques. Ma passion je l’exerce de préférence sous mon affût flottant, fort des conseils que me prodigua Louis Marie Préau (photographe naturaliste de renom) à mes débuts. A chaque retour de séance photos, je me dis que je suis un privilégié de pouvoir approcher les animaux aussi près et de pouvoir les observer au coeur de leurs écosystèmes.

Comment ne pas être sensible à la pêche de l’aigrette, du héron   ou du martin pêcheur ? Comment ne pas être émerveillé devant les parades du grèbe huppé, de l’échasse blanche ou de l’avocette élégante ? Comment ne pas être subjugué par des vols de milliers de limicoles ou devant ceux majestueux de la grande aigrette ?affut 2 photo réalisée par louis marie préau

Bref, j’espère que par l’intermédiaire des ces images ou par le biais de mes expositions et de mes conférences sur « l’approche de la faune par la photographie », j’arriverai à sensibiliser un maximum de personnes à la beauté de ce théâtre naturel et par conséquent à sa préservation. De plus, mon métier de professeur des écoles me permet d’aborder des notions essentielles avec les enfants comme le respect du milieu et de son vivant, l’observation sur le terrain des écosystèmes, etc.

En effet, je reste persuadé qu’en expliquant le fonctionnement de la nature de manière simple et pédagogique aux enfants, ils seront apte plus tard à la défendre et à la préserver afin que faune et flore puissent continuer à évoluer « naturellement ».